Accueil
Où ?

Ses origines

Aujourd'hui
Météo
Accès
Commerces
Son école
Son milieu naturel
Activités
Sorties
Inspiration
Bibliographie
Autres liens

Son milieu naturel

Les points noirs Les pistes d'améliorations Les richesses de son territoire Liens
Le problème de l'eau Le classement du site Ses oiseaux
L'épandage des boues Charte paysagère
Les nuisances aériennes Sausseron, vallée protégée
Le projet d'installation d'une antenne GSM Fleurir le village Ses fruits et leur saveur

Les points noirs

Le problème de l'eau

Epiais-Rhus est alimentée en eau grâce à la source de Berval. Cette source a été polluée par des pesticides en 2000, la mairie a promulgué des arrêtés municipaux afin d'interdire la consommation d'eau. Suite à la pose d'un filtre à charbon en septembre 2000, la consommation a été de nouveau autorisée (intervention au sénat du 8 février 2001 et réponse du ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement du 17 mai 2001). Le filtre a été retiré en mai 2003.

L'atrazine, le pesticide ayant contaminé la source est maintenant interdit en France.

Etude de l'assainissement d'Epiais-Rhus par le SIARP, datant de 2001
Une enquête publique du plan de zonage de l'assainissement de la commune a eu lieu du 29 mai au 1er juillet 2006. Ce nouveau projet proposait un assainissement non collectif pour Rhus. Le commissaire-enquêteur, M. Jean-Pierre Charolais, nommé par ordonnance du tribunal administratif de Pontoise, après enquête et recueil des remarques des habitants a émis un avis défavorable à ce projet.

 

Article de la Gazette du Val d'Oise du 22 octobre 2003

Environnement Les associations tirent la sonnette d'alarme

Boues épandues, Vexin fichu

Les associations de défense de l'environnement pointnet du doigt des épandages réalisés en débit du bon sens sur plusieurs communes du Vexin déclarées non-aptes à recevoir les boues de la station d'épuration d'Achères.

Les boues d'Achères ... L'évocation de ce dossier brûlant a le don, depuis une quinzaine d'années, d'attiser la polémique. Le dossier des boues, c'est avant tout la confrontation de deux visions antinomiques d'un même problème. La première est animée par un impératif industriel et économique : le syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAPP) - en charge de la station d'épuration d'Achères - est un farouche partisan de l'épandage. En face, les riverains, les associations et un certain nombre d'élus locaux et départementaux tirent la sonnette d'alarme et défendent pied à pied leur lecture environnementale du problème : pour eux, l'épandage des boues d'Achères, particulièrement polluées, est une atteinte à la bonne santé de l'écosystème vexinois. Et par extension, à celle de ses habitants.

Le Vexin reste sur le qui-vive

Désormais soumis au feu vert d'une enquête publique l'épandage des boues ne coule plus de source. Et ses opposants savent se faire entendre : la nouvelle enquête publique de mai 2003 qui concernait l'Oise a abouti à un vote défavorable du comité départemental d'hygiène (CDH). Un arrêté préfectoral d'interdiction a fait suite.

Malgré cette victoire, les associations vexinoises - "Avernes environnement" en tête - restent sur le qui-vive et pointnet du doigt les abus.

Dans le Val d'Oise, certaines parcelles retirées du plan d'épandage, suite aux recommandations du comité d'hygiène, ont reçu des boues à l'automne 2002. Les communes de Saint Clair-sur-Epte, Banthelu et Cléry-en-Vexin, déclarées non aptes à accueillir plus de boues, sont concernées."A ce niveau-là, on n'est plus dans l'erreur mais on entre dans le territoire de l'irresponsabilité", argue Yorghos Remvikos, président d'Avernes environnement.

La source de Berval en sursis

Le fervent défenseur de l'environnement a quelques arguments en magasin, notamment en ce qui concerne six parcelles sur le territoire de Grisy-les-Plâtres. Ces dernières devaient être retirées du plan d'épandage en raison de la "sensibilité aux apports par infiltration des eaux de surface". En décodé : en cas de nouvel épandage, l'eau qui ruisselle sur ces parcelles vers la source de Berval - elle alimente en eau potable les communes de Grisy et Epiais-Rhus - risquait d'être polluée. Or, ces 38 hectaresdu périmètre captant de cette source ont fait l'objet d'un épandage au cours de la campagne 2002 en dépit des recommandations du CDH.

Pour Avernes environnement, il est "important d'attirer l'attention du public sur ces graves irrégularités qui portent atteintes à l'environnement vexinois". Les associations Avernes environnement et les amis du Bochet avaient déjà dénoncé un arrêté préfectoral d'autorisation d'épandage devant le tribunal administratif. Une situation qui pourrait se réitérer en raison de ces épandages réalisés en dépit du bon sens sur les terres vexinoises.

Jacques-Olivier BENESSE

 

L'épandage des boues de station d'épuration : détails

Les nuisances aériennes

Courrier adressé par la DIRAP aux élus et aux associations suite à la CCE du 4 novembre

DIRAP Défense des Intérêts des Riverains de l'Aérodrome de Pontoise-Cormeilles en Vexin Association 1901 enregistrée en sous- préfecture de Pontoise n°10231 Siège social : Mairie 95810 Epiais Rhus Adresse postale : DIRAP 51 av des Murgers 95640 Marines Sites : ufcna .com/dirap --- Canalaero.fr.st e-mail : dirap@ufcna.com

le 5 novembre 03

Objet : La commission consultative de l'environnement du 4 novembre à Cergy .

Madame, Monsieur,

Les membres de la DIRAP avaient bien remarqué la proposition numéro 12 du rapport d'information parlementaire n°1016 du 9 juillet au sujet de l'avenir du transport aérien français et de la politique aéroportuaire : " libérer de l'espace au Bourget et encourager le rapprochement de l'aviation d'affaires des zones d'affaires ". Nous ne pensions pas que nous serions concernés si rapidement !

En effet lors de la CCE de ce 4 novembre, nous avons appris que, suite à l'annulation par le conseil d'état de l'arrêté dit des " 45 tonnes " le 28 mai 2003, Aéroport de Paris avait l'intention de présenter un nouvel arrêté autorisant des avions jusqu'à 25 tonnes à utiliser l'aérodrome de Pontoise-Cormeilles en Vexin afin de délocaliser une partie du trafic du Bourget.

Nous avons vivement protesté car nous subissons déjà les nuisances de l'aviation légère et celles de Roissy.

Tout le travail des associations pour réduire les nuisances que vous avez soutenu depuis des années est remis en question.

Nous n'avons pas obtenu de détails sur le type et le nombre d'avions, ni de garanties au niveau environnemental. Nous vous laissons le soin de juger le mépris d'Aéroport de Paris envers les riverains : " Notre idée est de favoriser le développement économique de l'aérodrome de Pontoise, dans la limite de l'acceptable pour les riverains".

Nous avons toujours en mémoire le projet d'ADP en 1999 où le seuil de rentabilité avait été fixé autour de 60 avions par jour. Depuis 1999, ADP a confirmé à plusieurs reprises qu'il n'y aurait pas de développement du trafic commercial sans, notamment, le consentement des élus, mais aujourd'hui le ton se fait plus pressant et nous sommes inquiets.

Alors qu'en Ile de France, deux millions de personnes déjà sont touchées par les nuisances aériennes, nous vous demandons de prendre toutes les initiatives que vous jugerez utiles pour que la vie de milliers d'habitants de notre région ne devienne pas un calvaire.

Nous comptons sur votre soutien et nous vous adressons nos salutations respectueuses.

Le président de la DIRAP

A Lebrun

 

Les avions, qu'ils viennent de Cormeilles-en-Vexin ou de Roissy survolent la commune et apportent des nuisances. L'association, la DIRAP qui a pour but de défendre les habitants de la région contre ces nuisances a un site qui reprend toutes les actions passées, en cours et à venir et est en contact régulier avec les associations nationales voire européennes qui se battent dans le même but.

Le texte de la charte des usagers des aéroclubs

Le projet d'installation d'une antenne GSM (abandonné a priori) : détails

Les pistes d'améliorations

Le classement du site (acquis)

Une partie du site d'Epiais-Rhus était classée dans le périmètre des buttes de Rosnes suite à l'arrêté du 12 novembre 1998. Grâce à l'action de l'APSER (Association pour la protection du site et de l'environnement d'Epiais-Rhus) initiée en 1990, le territoire de la commune est définitivement inclus dans le périmètre de classement des buttes de Rosnes, Marines et Epiais au titre de la loi du 3 mai 1930 sur la protection des sites remarquables. Ce décret est paru au Journal Officiel le 2 août 2002.

La mise en place d'une charte paysagère

pourrait être très intéressante pour mieux connaître et mettre en valeur notre patrimoine. Elle a été demandée au Parc Naturel Régional du Vexin au début de l'été 2001. Cette charte est d'autant plus importante qu'elle devra être prise en compte pour tout changement du PLU (plan local d'urbanisme), nouvelle appelation du POS (plan d'occupation des sols).

La politique du PNR est de regrouper les communes pour mener une charte globale : ainsi Grisy-les-Plâtres a lancé la sienne avec Bréançon, Le Heaulme et Neuilly-en-Vexin. Toutes les autres communes limitrophes d'Epiais-Rhus ont déja terminées et signées leur charte : Livilliers, Vallangoujard et Génicourt.

La charte paysagère d'Epiais-Rhus est une charte intercommunale avec Theuville, Arronville et Ménouville.

La phase de diagnostic a commencé en octobre 2002 et s'est achevée le 18 septembre 2003 par une réunion publique. L'Atelier 15 qui a effectué toute l'étude a présenté un dossier très intéressant que l'on peut consulter en mairie.On peut aussi se le procurer à la maison du PNR à Théméricourt sous forme papier ou CD-ROM.

Les recommandations de la 2ème phase ont été présentées le 20 décembre 2003.

La 3ème phase sera une phase pluricommunale : elle doit permettre de dégager des actions qui pourront être mener en partenariat avec les communes avoisinantes, par exemple, dégager l'ancienne ligne de chemin de fer entre Rhus et Vallangoujard pour créer un itinéraire de randonnée ... .

La dernière étape est la signature de la charte.

A mai 2007, pas de nouvelles !

Ensuite, des actions pourront être entreprises pour mettre en oeuvre les recommandations de l'étude et le PLU pourraît être modifié.

Des commentaires de l'association Avernes environnement sur la charte de leur village effectuée par l'Atelier 15

Le projet Sausseron Vallée Protégée comporte plusieurs facettes (rêve ?) :

    • La rivière : réhabilitation du lit mineur, protection des berges, restauration des ouvrages hydrauliques, amélioration des capacités de rétention du lit majeur, sauvegarde des marais et zones humides
    • L'assainissement : construction et réhabilitation des réseaux d'eaux usées et des dispositifs de traitement, études et mises aux normes de l'assainissement individuel
    • L'agriculture : meilleure maîtrise de l'érosion des sols par la plantation de haies, la création de zones enherbées ou de mares, la modification des pratiques agricoles; optimisation de la fertilisation, prévention des pollutions accidentelles

      => Tous ces points ne peuvent qu'être bénéfiques pour notre village car ils contribueront à résoudre nos problèmes d'inondations, d'eau potable polluée et amélioreront notre environnement.

Quand des réalisations concrètes auront-elles lieu? C'est une autre histoire que nous suivrons avec attention...

Comment pouvons-nous agir directement sur notre cadre de vie et l'embellir ? (rêve ?) photos prises dans Rhus

Prenons l'exemple de la ville d'Auvers-sur-Oise qui a mené une action de fleurissement des rues d'Auvers par les habitants :

Le CAUE (conseil en architecture, urbanisme et environnement) du Val d'Oise a initié cette action en 2001 dans le cadre de la campagne "Les 4 saisons des jardins en Val d'Oise" en partenariat avec M. Becquet, maire d'Auvers-sur-Oise qui a une politique volontariste en matière d'environnement, de fleurissement et d'actions participatives des habitants. Sylvie Cachin, paysagiste et Christiane Walter, éco-conseillère, CAUE 95 ont animé ce projet "je jardine ma ville" auprès des habitants.

Extrait du courrier (20 mars 2002) que le CAUE envoie à ses partenaires : "Dans le cadre de ses missions de Conseil, d'assistance à la maîtrise d'ouvrage et de formation entre autres, le CAUE du Val d'Oise a expérimenté depuis de nombreuses d'années, la mise en place d'ateliers associant les habitants. A la demande et en collaboration avec des élus locaux, des associations, ... ces ateliers mènent des travaux de réflexion sur l'usage des lieux au quotidien, le besoin individuel et la demande collective. Conçus pour être des lieux de formation, d'échande d'idées, de savoir et de savoir-faire, ils ont pour objectifs l'élaboration par les habitants de projets susceptibles de s'inscrire dans une démarche d'aménagement et de développement durable du territoire communal.."

Suit une fiche sur l'opération "Je jardine ma ville" à Auvers-sur-Oise :

"Ojectifs :

  • améliorer la qualité des espaces publics
  • associer les habitants au projet de fleurissement de la commune
  • créer une synergie entre les habitants en les amenant à réfléchir collectivement sur le fleurissement de l'espace public à l'échelle d'une rue
  • favoriser la convivialité autour du thème du jardin
  • mettre en oeuvre un projet de fleurissement sur l'espace public qui corresponde aux paysages de la commune

Démarche :

Il s'agit de planter des bandes de terre situées sur l'espace public au pied des clôtures, le long des sentes, etc. Le CAUE, en collaboration avec la municipalité conseille et accompagne les habitants dans la réalisation et la mise en oeuvre de leurs projets. La mairie d'Auvers-sur-Oise fournit aux habitants du terreau ainsi que les végétaux qu'ils ont choisis. Les personnes participant à cette opération s'engagent d'une part à préparer le sol et effectuer les plantations, d'autre part, à les entretenir. Certains habitants ont spontanèment proposé de planter et d'assurer l'entretien de plantations situées à proximité de leur habitation quand les riverains concernés ne pouvaient pas participer à cette opération. Cette action s'est déroulée en 2 phases : 2 journées pour l'élaboration des projets, 2 journées pour leur mise en oeuvre.

Méthodologie développée :

Les projets de fleurissement sont élaborées selon une méthode sur l'observation, la compréhension du paysage et la mise en évidence des contraintes d'usage et d'environnement - la définition d'un type de fleurissement et de son organisation en prenant en compte le style souhaité et son intégration dans la rue - une information sur les plantes vivaces et la présentation d'une sélection sous forme de fiches et de photos - et, enfin, le choix des plantes et la composition des massifs sont réalisés avec l'assistance technique du CAUE. Pour des raisons esthétiques, économiques et environnementales (érosion, ruissellement), il a été décidé d'utiliser des plantes vivaces. Des plantes annuelles ont été réparties parmi les vivaces afin d'obtenir un effet de masse végétale important dès la première année.

Bilan -évaluation

Une quarantaine de personnes ont participé à ces quatre journées de conception et de mise en oeuvre des projets de fleurissement dans la rue haute d'Auvers. Plus de 2000 végétaux ont été plantés sur 1,5 km de rues et de sentes. Les points forts de cette opération sont d'une part le lien social qui s'est créé entre les habitants, d'autre part, l'émulation que ces journées ont engendré : des habitants des rues voisines sont d'ores et déjà candidats pour participer à la même opération en 2002. Certains ont pris la décision de créer une association d'habitants afin de transmettre les connaissances et savoir-faire acquis à d'autres auversois, mais également à des associations d'habitants d'autres communes. Cette action s'incrit dans une démarche de développement durable car elle s'organise autour d'un même niveau de participation entre habitants, élus et techniciens. La démarche prend en compte la demande sociale, l'aspect économique et la préservation de l'environnement."

Cet exemple est très instructif : pourquoi n'essayerions-nous pas de lancer une action similaire dans notre village ?.... Certains habitants à Epiais et à Rhus l'ont déjà fait de façon individuelle, il faudrait fédérer les bonnes volontés...

 

Les richesses de son territoire

Ses oiseaux

Suite à la fête de la pomme, l'école (le cycle 2) a construit plusieurs nichoirs à chouette (effraie, chevêche et hulotte). Le nichoir à effraie a été posé en décembre 2003 dans le clocher de l'église.

Le CORIF (centre ornithologique de la région Ile-de-France) a effectué son grand rassemblement annuel les 1er et 2 juin 2002 à Haravilliers. A cette occasion, il a effectué un recensement des oiseaux des environs. Vous trouverez dans le tableau ci-dessous les oiseaux observés à cette occasion sur Rhus et Theuville.

Espèces vues sur le territoire de la commune
Nb d'oiseaux repérés par le CORIF le 1/6/2
Autres observations par les habitants du village
Remarques
Héron cendré
1
 
Canard colvert
2
 
Bondrée apivore
1
 
Epervier d'Europe
1
 
Buse variable
5
 
Faucon crécerelle
2
 
Perdrix grise
2
 
Faisan de Colchide
1
 
Vanneau huppé
1
 
Gallinule poule
1
 
Pigeon ramier
36
 
Tourterelle turque
2
 
Tourterelle des bois
5
 
Coucou gris
2
 
Chouette chevêche
1
3 nichées sur la commune
Chouette hulotte
1
 
Effraie des clochers
1
 
Martinet noir
15
 
Pic vert
4
 
Pic épeiche
1
 
Alouette des champs
8
 
Hirondelle rustique
14
 
Hirondelle fenêtre
10
 
Pipit des arbres
5
 
Bergeronnette grise
2
 
Troglodyte mignon
10
 
Rougegorge familier
5
 
Rossignol philomène
2
 
Rougequeue noir
2
 
Tarier pâtre
2
 
Merle noir
8
 
Grive musicienne
4
 
Hypolaïs polyglotte
3
 
Fauvette grisette
3
 
Fauvette des jardins
2
 
Fauvette à tête noire
18
 
Pouillot véloce
8
 
Pouillot fitis
1
 
Roitelet triple-bandeau
1
 
Gobemouche gris
1
 
Mésange bleue
11
 
Mésange charbonnière
8
 
Pie bavarde
2
 
Choucas des tours
1
 
Corbeau freux
1
 
Corneille noire
19
 
Etourneau sansonnet
37
 
Moineau domestique
25
 
Moineau friquet
1
 
Pinson des arbres
12
 
Verdier d'Europe
4
 
Chardonneret élégant
1
 
Linotte mélodieuse
2
 
Bruant jaune
3
 

Merci aux sites ornithologiques suivants qui m'ont permis d'illustrer et de créer des liens pour les descriptifs de tous ces oiseaux :

Ses fruits et leur saveur : détails

Autres liens :

Haut de page

Contact - Accueil - Mises à jour - Plan du site